Expulsé du Sénégal à sa sortie de l'avion, Kemi Seba rate son procès en appel.

.

L'activiste Kemi Seba.


L’activiste panafricaniste Kemi Seba venait d'atterrir à Dakar pour assister à son procès en appel, que lui a intenté en 2017 la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest pour avoir brûlé un billet de 5 000 francs CFA.


L'activiste Kemi Seba, qui mène depuis des années un combat contre le franc CFA, a été expulsé du Sénégal vers la Belgique dans la soirée du 24 février. Il avait atterri la veille à Dakar, avec la ferme intention de comparaître lors de la procédure en appel du procès que lui intente la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO). En vain : il a immédiatement été interpellé par les forces de l'ordre à sa sortie de l'avion, avant de passer près de 30 heures dans une salle de la zone de transit, puis d'être expulsé. «Je suis resté dans la prison de l’aéroport sans manger.


Les policiers m’ont dit que vous allez partir de gré ou de force. Ces forces de l’ordre étaient commandées par le ministre de l’Intérieur, et ce ministre de l’Intérieur était commandé par le président Macky Sall. Je ne perturbais pas l’avion», a-t-il déclaré sur sa page Facebook.







Quelques jours auparavant, sur sa page Facebook, Kemi Seba avait pourtant déclaré qu'il disposait d'une «dérogation pour rentrer sur le territoire sénégalais», et avait donc fait part de sa volonté de venir se défendre lors de son procès, qui fait suite à une action de l'activiste en août 2017, lors de laquelle il avait brûlé publiquement un billet de 5 000 francs CFA (7,6 euros) pour protester contre la «Françafrique». Kemi Seba avait à cette occasion été interpellé avant d'être expulsé du territoire pour «menace grave à l'ordre public».


Engagé dans une campagne active contre le franc CFA (monnaie garantie par le Trésor français et rattachée à l'euro par une parité fixe), Kemi Seba a été expulsé ces dernières années de plusieurs pays africains. Après le Sénégal en 2017, il a été refoulé de Guinée le 2 mars 2018, où il devait participer à une conférence.


En août 2019, il avait également été interdit d’entrée sur le territoire togolais, où il avait prévu d'animer un meeting organisé par un collectif d’artistes opposé au président du pays, Faure Gnassingbé. L'activiste franco-béninois avait également été expulsé de Côte d’Ivoire le 26 mars, où il devait tenir une conférence «contre le néocolonialisme» à Abidjan.


En décembre dernier, Kemi Seba avait été placé en garde à vue au Burkina Faso après une conférence sur le franc CFA à l’université de Ouagadougou 1, lors de laquelle il s'était montré très critique envers les chefs d'Etat burkinabé Roch Marc Christian Kaboré, ivoirien Alassane Ouattara et nigérien Mahamadou Issoufou. 


A l'issue d'une comparution immédiate devant le tribunal de grande instance de Ouagadougou, il avait finalement été condamné à deux ans de prison avec sursis et avait écopé d'une amende de 200 000 francs CFA pour outrage à l’égard de chefs d’Etat étrangers.  RT France

51 views